Question d’obésité : MacDonald est-il cancérigène ?

lutte_obesite_C’est un pavé dans la marre pour les amateurs de la chaîne fast-food la plus célèbre au monde !Quand on se dit que les médecins préconisaient à leurs patients, au début des années 1900 de conserver un léger surpoids d’une quinzaine de kilos et que cent ans plus tard, la mode vestimentaire vous oblige à vivre avec une quinzaine de kilos en moins par rapport à votre poids idéal pour rentrer dans le dernier futal à la mode, il y a de quoi se demander ce que la société a subi !La réponse est entre autres : Mac Donald, KFC, Quick, Döner Kébab, Pizza Hut…

Absence de pratique sportive, repas ingérés dans l’urgence, hausse des prix des aliments bons, prix bas sur les aliments à base de graisses et de sucres…

Augmentation des portions, augmentation des densités énergétiques…

Transports en commun, voiture, télévision, jeux-vidéo…

Voilà ce que la société a subi. Un ramollissement massif de la population. Toute la population ? Non ! L’éthiopien, l’afghan et le haïtien se préoccupent davantage de savoir s’ils pourront avoir leur bolée de riz et aller à l’école après 4 heures de marche à travers les montagnes… En effet, ce sont surtout les pays riches qui sont touchés, où finalement le confort de vie est en train de devenir le plus gros ennemi de notre santé.

famine et obésité

Ils contribuent tous ensemble à faire gonfler les statistiques de l’obésité mondiale. Néanmoins, la génétique est souvent le partenaire influençant en bien ou en mal votre IMC (vous pouvez même le calculer en direct ici ). Les adipocytes blancs, cellules de stockage de graisses, véritables ballons d’huiles sont les cibles. Le nombre et leur volume sont les facteurs jouant dans la prise de poids. Si le volume est le paramètre le plus facilement influençable, il faut se méfier de leur nombre… En effet, il est plus facile de faire diminuer le volume des cellules déjà présentes lors d’un régime. En revanche, faire baisser leur nombre est bien moins aisé, car cela doit passer par leur disparition, donc leur mort. Or les cellules ont une nature pas vraiment suicidaire. Il reste bien l’aspirateur à cellulite du chirurgien esthétique…

echelle-imc

Échelle de calcul de l’IMC.

L’obésité atteint 35 % des adultes dans le monde. Elle a plus que triplé en 30 ans. Le diabète et les maladies cardiovasculaires qui en découlent tuent près de 3 millions d’individus chaque année. Pas étonnant que l’OMS s’en préoccupe particulièrement et que de nombreux centres anti-cancer et anti-diabète travaillent main dans la main. Ainsi, une étude parue dans la très respectée revue « The Lancet Oncology » a mis en évidence une incidence entre le diabète et l’apparition de 27 types de cancers différents. Citons de manière non-exhaustive les cancers de l’œsophage, du colon, du rein, ou encore du pancréas. Plus particulièrement, les femmes sont également touchées par les cancers de la vésicule biliaire, du sein post-ménopause, du corps de l’utérus et des ovaires.

Dans l’obésité, l’autre facteur de risque est la durée pendant laquelle vous êtes considérés en excès de poids. Inutile d’aller crier au cancer dès que vous dépassez l’indice 25 le dimanche soir après une grosse bouffe confit dans la graisse de canard diluée au Château Petrus (ou quelque autre petit vin de table du genre). S’ajoutent les effets secondaires de l’obésité comme l’excès hormonal libéré par les adipocytes ou plus simplement les complications corporelles mécaniques liées au surpoids. Le reflux gastro-œsophagien serait, par exemple, responsable des cancers de l’estomac et de l’œsophage.

Cela dit, une fois un diagnostic de cancer posé, l’obèse est mis face à un nouveau problème, et de poids (oui oui, je l’ai bien fait, pourtant j’ai réprimé ce jeu de mots durant tout l’article). Les traitements anticancéreux, comme la plupart des traitements par ailleurs jouissent d’une moins bonne biodisponibilité et donc de potentielle inefficacité de leur traitement !

1wjcuvf0-istock-000008090452xsmall-s-Alors, encore envie de manger ce genre de trucs ?

Sources:

http://www.inserm.fr/thematiques/circulation-metabolisme-nutrition/dossiers-d-information/obesite

http://www.planetesante.ch/Mag-sante/Ma-sante-au-quotidien/De-quand-date-la-lutte-medicale-contre-l-obesite

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/11/26/23097-surpoids-responsable-500000-cancers-par-an-dans-monde

http://globocan.iarc.fr/Default.aspx

2 réflexions au sujet de « Question d’obésité : MacDonald est-il cancérigène ? »

  1. annietu87

    « Le reflux gastro-œsophagien serait, par exemple, responsable des cancers de l’estomac et de l’œsophage. »… diantre !

    Répondre
  2. boer fred

    et comme tout n’est pas simple… les personnes en surpoids résistent mieux au cancer à cause des « reserves » qui permettent de retarder la cachexie.

    c’est comme l’alcool : un fléau…qui diminue la mortalité cardiovasculaire…plus on en boit ! (à la cirrhose près 😉

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s