Un tampon hygiénique pour détecter le cancer de l’utérus.

tamponSi la détection et l’anticipation du cancer du col de l’utérus a fait de gros progrès, notamment par simple test de frottis, celui de l’endomètre pose davantage problème.

Question épidémiologie, c’est pas de la tarte ! Il s’agit de la tumeur maligne gynécologique pelvienne la plus fréquente en France et la cinquième en terme de cancers retrouvés chez la femme. C’est un terrain plutôt favorable, car il se renouvelle très souvent, comme vous devez probablement le savoir vous les femmes (suivez ce lien si vous êtes fan de Julio Eglesias): disons une fois par lune. Cela implique que tous les 28 jours, les cellules de l’endomètre se multiplient pour générer un nouveau lit douillet. La tumeur, elle, adore les cellules qui se multiplient et peut en profiter pour naître à ce moment-là et aller coloniser des zones alentours comme le muscle utérin, jusqu’aux organes périphériques.

cancer endomètre photo

Ce phénomène se déclare majoritairement après la ménopause, après que les hormones telles que les œstrogènes aient agi des années durant sur ladite muqueuse. Fort heureusement, c’est un cancer souvent détecté en phase précoce (stades 1 et 2), ce qui augmente les chances de réponse aux traitements: 95% des patientes détectées en stade 1 survivent au moins 5 ans. Cette statistique diminue malheureusement rapidement avec l’avancée des stades (comme de nombreux cancers, ils sont classés  en 4 stades), pour tomber à 30% en stade 4.

Les traitements passent par de classiques chimio-, radio- et curiethérapie avec possible résection partielle voire totale de l’organe par chirurgie, le stade de diagnostic dictant l’ordre et l’intensité des traitements cités.

La détection précoce de cette tumeur est donc capitale. Elle passe actuellement par échographie transvaginale, IRM et biopsie directe de l’endomètre. Eh bien, une découverte aussi anodine que géniale a été faite par Jamie Bakkum-Gamez, gynécologue à la clinique Mayo. Quoi ?! Vous pensiez vraiment que je dirai que vous pouvez trouver la clinique Mayo entre l’annexe Ketchup et l’hôpital Moutarde ? D’ailleurs, ce n’est pas un hôpital, mais un colonel, lui-même hospitalisé à la clinique Mayo. Mais que vent foutre l’armée dans cet article ?

Maintenant que vous savez tout sur mes associations d’idées, je vais vous dire en quoi cette découverte est anodine et pourtant géniale. Bon, d’après le titre de cet article un tant soit peu racoleur, je le confesse, vous avez compris qu’il s’agit d’un tampon hygiénique, comme celui-ci :

tampon hygiénique

Il présente l’avantage de récupérer le sang et des éléments cellulaires lors des menstruations. La morale réprouvant toute illustration de l’objet sus-mentionné une fois usagé, je me contenterai de vous expliquer ce que l’on y cherche. Des marqueurs d’ADN tumoral connus pour ce cancer peuvent être recueillis et analysés.

Il s’agit en fait de gènes hyperméthylés qui sont retrouvés de manière caractéristique dans ces cancers de l’endomètre. La méthylation de l’ADN correspond à recouvrir les bases de l’ADN par de petites molécules composées d’un atome de carbone et de trois atomes d’hydrogène, dérivées du méthane (un carbone et quatre hydrogènes), d’où le terme méthyle et qui rend presque impossible l’expression normale de cette partie d’ADN. En somme, les gènes porteurs de l’ADN méthylé ne peuvent plus être exprimés correctement, conduisant du moins en partie à l’apparition du cancer.

 Rôle de la méthylation sur la transcription. La cytosine des îlots GpC peut être méthylée sous le contrôle de méthyl-transférases et méthylases. Ces îlots permettent la protection ou au contraire la ‘mise à nu’ des segments de DNA à transcrire au niveau des nucléosomes par interaction avec les histones (histone déacétylase). Lorsque le promoteur du gène est hypo-méthylé, il permet l’activation de la transcription du gène par la DNA polymérase. A l’inverse, lorsque le gène est hyper-méthylé, la transcription du gène va être réprimée. Ainsi, un gène répresseur de tumeur (type pRb), s’il est hyper-méthylé, va voir sa transcription inhibée et l’impression générale va être celle d’une disparition du rôle du gène. A l’inverse, un oncogène, s’il est hypo-méthylé, va voir sa transcription exagérée, ce qui aboutira à une stimulation de la mitose.

Rôle de la méthylation sur la transcription.
Des îlots GpC peuvent être méthylée sous le contrôle de méthyl-transférases et méthylases.
Lorsque le promoteur du gène est hypo-méthylé, il permet l’activation de la transcription du gène (en haut). A l’inverse, lorsque le gène est hyper-méthylé, la transcription du gène va être réprimée. (en bas)           [image adaptée de : http://www.oncoprof.net]

L’étude a ici été menée sur 38 femmes atteintes de cancer et 28 femmes saines comme témoins et a mis en exergue 97 sites de méthylation sur 9 des 12 gènes connus pour ce cancer. La volonté de la clinique Mayo est maintenant d’étendre cette analyse à 1000 femmes et de  développer le test en qualité clinique pour diagnostiquer ce cancer aux phases les plus précoces et le traiter comme décrit plus haut, d’autant plus facilement avec le pronostic le plus favorable.

    SOURCES:

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=cancer_endometre_pm

http://www.e-cancer.fr/cancerinfo/les-cancers/cancer-du-col-de-luterus/curietherapie

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150427.OBS8004/un-tampon-pour-detecter-le-cancer-de-l-endometre.html

http://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/uterine/prognosis-and-survival/survival-statistics/?region=qc

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s