Archives pour la catégorie Bouillie de thèse

Du début de la thèse à la fin des haricots.

haricots fin 25 octobre 2015, il est 19h34. D’après mon contrat de doctorant moniteur, je devrais avoir terminé ma thèse il y a quelques mois, au terme des 36 mois de financements obtenus à la sueur de mon front en 2012. Mais le comité scientifique de la fondation ARC a accepté, après analyse de mon projet de recherche de m’attribuer 12 mois de financement supplémentaires, un CDD de recherche en quelque sorte. Ils sont fous à l’ARC, on donne vraiment du pognon à n’importe qui de nos jours.

Lire la suite

Faire un Nature

Nature-journalLe succès scientifique se mesure à l’aune des facteurs d’impacts des journaux qui veulent bien publier vos résultats. « Faire un Nature » (prononcé néïtcheur) n’est pas une phrase à prendre à la légère. La seule idée de la prononcer peut d’ailleurs rapidement vous faire prendre pour un prétentieux ou un esprit super brillant, voire les deux.

Lire la suite

Bonne thèse bien sûr : une épopée technologique

vue d'artiste d'ADNLes gens me demandent souvent l’intitulé de mon sujet de thèse. Poli, je leur réponds… Un gros blanc s’en suit généralement. Parfois tout de même survient une réaction improvisée déstabilisée et déstabilisante : « Ah bon, ça doit être intéressant… » Certes, je vous le confirme, ça l’est. Du moins de mon point de vue. Lisez également l’article sur « Le doctorat, quoi comment pourquoi ».

Lire la suite

Comment gérer son temps ?

montre gousset_ temps qui passeSuite a une récente escale de plus de sept heures à l’Aéroport de Londres Heathrow entre Vancouver et Bâle, l’envie m’est venue de faire un rapide état des lieux des différents tempéraments humains quand il s’agit d’attendre longtemps… très longtemps.

Les Hommes naissent libres et égaux en droit, certes mais alors absolument différents avec leur rapport au temps. J’ai toujours entretenu d’assez mauvais rapports avec le temps. Le temps qui fait, le temps qui passe, le temps de dire ouf, et c’est trop tard !

Lire la suite

Le B.a.-ba de l’enseignement à l’Université

profLa deuxième année de thèse est maintenant bien entamée et c’est également la seconde année que je répands la bonne parole en donnant des cours de neuro-physiologie à l’Université. Cette occupation, bien plus agréable que celle de 1940 doit à mon sens rester un plaisir.

Mais avant de me gargariser de mon histoire, je vous replace un peu le sujet dans le monde universitaire…

Un doctorant contractuel a la possibilité d’avoir une mission d’enseignement supplémentaire à son contrat de recherche, pour peu que l’intéressé ne soit pas une bille. C’est le monitorat qui lui impose d’effectuer 64 heures de cours présentielles par an dans son université. Cela permet de travailler main dans la main, œil pour œil,  dent pour dent,  autre partie du corps pour autre partie du corps avec les profs titulaires des différentes composantes de l’enseignement supérieur.

Lire la suite

Métaphysique de la recherche

kant-metaphysique– Ah salut mon vieux pote comment tu vas ? Tu deviens quoi au fait ?

– Je suis dans la recherche.

– Ah et tu trouves ?! (Cela représente 80% des blagues à ce moment de la conversation.)

– Bah non, sinon je serais trouveur.    [Réponse alternative: Je trouve mes clefs de voitures quand je les cherche oui.]

Si toi lecteur, tu es également dans la recherche, tu as forcément déjà vécu cette situation avec une irrépressible envie de signifier à ton interlocuteur (qui a tout de même la correction de prendre te tes nouvelles) que sa vanne n’est que réchauffée ! Or, contrairement au Baekeoffe (Cliquez ici pour avoir la recette) ou à la Potée, ces vannes se réchauffent très mal…

Lire la suite

Le doctorat ès sciences: quoi, comment, pourquoi ?

doctoratLe doctorant deviendra docteur. Chez les Angles et les Saxes, ils disent Philosophiæ doctor (Ph.D), employant le terme « philosophie » au sens ancien d’étude des connaissances.

Le doctorat est un grade universitaire, le grade le plus élevé de l’enseignement supérieur en France. Il ne correspond en rien à un métier (si seulement…). Il permet à la fin des haricots, d’exposer un travail bien beau, bien réfléchi, innovant dans son domaine, devant un jury national et international composé de pairs qui sont généralement des mecs à qui tu la racontes pas trop. C’est la soutenance de thèse où il faut montrer et défendre ses travaux de recherche de 3 ans environ durant 2 à 4h, cela dépendant du zèle de l’audience. Cette dernière est appuyée par un manuscrit de thèse qui présente la même chose de manière très formelle et protocolaire, avec la rigueur scientifique rigoureusement de rigueur. Ce manuscrit avoisine en général 150 pages. C’est peu ou beaucoup, mais à rédiger en 1 mois et demi en moyenne, disons que le sandwich et le café deviennent vos meilleurs potes.

Lire la suite